triple andouille

Quand je me retrouve à vélo à cinquante kilomètres de la maison, en hypoglycémie et sous la pluie froide d’un petit matin d’automne;
quand je me lève à 5 heures du matin pour placer une petite course à pied parce que le planning de la journée est trop chargé par ailleurs;
ou quand je bois une gorgée d’eau vaseuse suite à la baffe prise lors de la furie d’un départ de la natation d’un triathlon,
oui parfois je me dis que je suis une belle andouille.

Oui, mais une triple. D’où ce blog pour partager ma passion pour le triple effort.